Traitement des escarres

Catégories d'escarres

Par: Mölnlycke Health Care, août 23 2013Publié dans :: Traitement des escarres

Pour décrire l'état d'une plaie, l'EPUAP et le NPUAP1 recommandent de classer les escarres en 4 catégories. Un patient à risque est inclus dans la catégorie 1 et un patient présentant une perte tissulaire profonde avec atteinte de l'os, de tendon ou de muscle dans la catégorie 4.

Haut de page

En savoir plus sur la classification des escarres

Le NPUAP (National Pressure Ulcer Advisory Panel) et l'EPUAP (European Pressure Ulcer Advisory Panel) ont récemment publié une version internationale révisée des définitions et de la classification des escarres : Prevention and treatment of pressure ulcers: clinical practice guideline. Washington DC : National Pressure Ulcer Advisory Panel ; 2009)1.

  • Les termes « stade » et "grades" étaient, historiquement, les plus fréquemments utilisés. Le terme « catégorie » a récemment fait son apparition pour éviter de donner l'impression qu'il y a toujours
    une progression du stade 1 au stade 4.
  • Dans la documentation scientifique, on peut rencontrer ces termes utilisés de façon interchangeable.
  • Le stade de la plaie ne régresse pas lorsqu'elle cicatrise : par exemple, une plaie de stade/catégorie 4 doit toujours être documentée en tant que telle. Des outils spécifiques servent à surveiller la cicatrisation.
Haut de page

Catégorie/stade 1 : érythème persistant ne blanchissant pas à la pression.


Peau intacte avec une rougeur qui ne blanchit pas à la pression sur une zone généralement située au-dessus d'une saillie osseuse. Sur une peau à pigmentation foncée, un blanchissement n'est pas toujours visible ; sa couleur peut être différente de celle de la peau environnante. Un stade 1 peut indiquer un patient à risque.

Haut de page

Catégorie/stade 2 : perte de peau partielle.


Perte partielle du derme caractérisée par un ulcère superficiel ouvert, un lit de plaie rouge-rose, sans fibrine. Elle peut également se présenter sous la forme d'une phlyctène séreuse fermée ou ouverte/éclatée. Ce stade ne concerne pas, par exemple, les déchirures cutanées. Attention : la présence d'une ecchymose peut indiquer une lésion tissulaire profonde.

Haut de page

Catégorie/stade 3 : lésion cutanée profonde.


Lésion cutanée profonde. L'hypoderme peut être visible, mais l'os, le tendon et le muscle ne sont pas exposés. On peut observer une fibrine mais elle ne cache pas la profondeur de la perte tissulaire. Décollements et fistules peuvent être présents. Attention : la profondeur varie ici en fonction de la localisation de la plaie, par exemple au niveau de l'oreille, où il n'y a pas de tissu sous-cutané.

Haut de page

Catégorie/stade 4 : perte des tissus sous-cutanés.


Perte tissulaire profonde, avec atteinte de l'os, du tendon ou du muscle. Une fibrine ou escarre peut recouvrir certaines parties du lit de la plaie. Des décollements et des fistules sont souvent présents. Attention : la profondeur varie ici en fonction de la localisation de la plaie, par exemple au niveau de l'oreille, où il n'y a pas de tissu sous-cutané ; les plaies de stade 4 peuvent atteindre le muscle et les structures de soutien.

 

Aux États-Unis, le NPUAP a ajouté deux catégories supplémentaires correspondant au stade 4
des autres systèmes de classification, comme celui publié par l'EPUAP.

Haut de page

Suspicion de lésion tissulaire profonde


Zone pourpre ou marron localisée au sein d'une zone cutanée intacte décolorée ou phlyctène hémorragique résultant d'une lésion des tissus mous sous-jacents due à la pression et/ou au cisaillement. La région de cette zone peut être douloureuse, ferme, molle, plus chaude ou plus froide que les tissus adjacents.

Haut de page

Hors catégorie


Perte tissulaire profonde dans laquelle le fond de l'escarre est couverte d'une croûte (jaune, brune, grise, verte ou noire) et/ou d'une escarre (brune ou noire) dans le lit de la plaie.

Les escarres sont souvent difficiles à diagnostiquer. Elles peuvent être confondues avec des lésions dues à l'humidité. Il est indispensable d'établir un diagnostic correct, sachant que les programmes de prévention et de traitement seront différents d'un cas à l'autre.21

Caractéristiques principales à prendre en considération (adapté du document de consensus de l'EPUAP)21

 Le milieu doit être humide (incontinence, par exemple).
Il est probable qu'une plaie située sur une saillie osseuse soit une escarre ; toutefois, des exceptions existent : des lésions dues à l'humidité peuvent aussi apparaître sur une saillie osseuse, c'est pourquoi il faut s'assurer que la plaie n'a été causée ni par la pression, ni par le cisaillement, et que le milieu est humide.
Si des zones roses/blancs sont visibles sur la peau périlésionnelle, cela indique en général une macération.
En principe, les escarres sont  de forme régulière et isolées. Les lésions dues à l'humidité sont diffuses,  multiples et de forme irrégulière.
Ce second type de lésion est souvent superficiel.
Si une nécrose est constatée, la plaie n'est sans doute pas une lésion due à l'humidité.

Des plaies coûteuses
Des plaies coûteuses

Les escarres représentent une lourde charge pour les systèmes de santé...

Antécédents d'escarres
Antécédents d'escarres

Les escarres ne sont pas un phénomène nouveau. La documentation scientifique...

Les facteurs de risque
Les facteurs de risque

Les facteurs de risque intrinsèques et extrinsèques doivent être...

Stratégies de prévention
Stratégies de prévention

La stratégie de prévention des escarres doit systématiquement inclure une...

Un traitement efficace
Un traitement efficace

On peut identifier les patients à haut risque de développer des escarres...